Psychanalyse ou thérapie brève ?

Q : Je suis intéressé par la psychanalyse mais je ne souhaite pas passer des années sur un divan, qui dois-je choisir de consulter ?

R: Psychanalyse rime souvent avec traitement intensif et interminable… Parfois décrite comme la Rolls Royce des psychothérapies, elle permet de mieux se connaître et d’obtenir des changements profonds dans ce que nous vivons, et pourtant, contre toute croyance, la plupart des psychanalystes ne consacrent que peu de temps à cet exercice noble, car c’est un engagement coûteux en temps et en argent, si bien que trop peu de personnes ont la chance d’en faire l’expérience, hormis les psychanalystes eux-mêmes pour qui le passage par une ou plusieurs psychanalyses personnelles est nécessaire à leur formation.

La psychanalyse reste toutefois pour les psychothérapeutes un instrument de pensée privilégié pour aborder les secrets de l’âme humaine. L’expérience du psychanalyste permet également de mobiliser des vécus profonds dans le cadre d’un travail psychothérapique une psychothérapie. Ainsi quelques consultations thérapeutiques, une thérapie brève conduites par un psychanalyste peuvent se révéler d’une très grande utilité, avec de surcroît ce grand avantage que les interventions du psychologue contribuent à mobiliser une dynamique personnelle et une conscience de soi dont les effets se font souvent ressentir longtemps après avoir consulté, même si cela s’avère généralement insuffisant à changer les problèmes de fond à l’origine de tensions intérieures persistantes.

Le psychanalyste ne s’adresse pas tant à ce qui ne fonctionne pas et qui provoque un symptôme qu’au rapport que l’on a avec soi-même, la conscience des conflits en soi à l’origine d’une souffrance psychique, avec cette mise en perspective de son histoire personnelle. Cette approche originale permet un puissant effet de levier et contribue à apaiser les turbulences internes. Ainsi l’exploration d’une situation douloureuse n’a pas pour seul effet de diminuer la souffrance qui lui est associée, mais elle favorise le développement d’une conscience et d’aptitudes à se sentir plus entièrement soi-même,  plus libre. La mission du psychanalyste, quelques soient les moyens mis en œuvre, analyse ou thérapie brève, vise avant tout à nous libérer des contraintes internes qui polluent, alourdissent et noircissent notre quotidien, dans le rapport à soi autant que dans les relations que nous avons avec les autres.

Par conséquent, même un travail à court ou moyen terme conduit par un bon psychanalyste offre un regard nouveau sur son histoire personnelle, et si elle ne comporte pas les vertus magiques de la guérison, elle soutient fiablement dans la vie quotidienne la capacité et le courage de se sentir au plus près de soi-même, dans l’espoir jour après jour de trouver quelques réponses et davantage de satisfactions face aux misères de la vie quotidienne. Ces misères paraissent alors moins dramatiques, moins désespérantes qu’elles pouvaient en donner l’impression avant de consulter son psy.

A lire sur le même sujet : Thérapies cognitivo-comportementales ou psychanalyse ?

Psychologue à Genève, je suis psychanalyste et psychologue spécialiste en psychothérapie FSP. Vous pouvez me solliciter pour entamer une psychanalyse ou me consulter pour une thérapie brève. Cette dernière sera nécessairement influencée par mon expérience de psychanalyste.

Psy d’ados face au suicide

Q : Depuis quelque temps, notre fille a tendance à s’enfermer dans sa chambre. Elle a exprimé à plusieurs reprises qu’elle en a assez de tout, et qu’elle pense que ce serait mieux pour tout le monde qu’elle ne soit plus là. Nous sommes très inquiets, et aimerions savoir quelle attitude adopter.

Psychanalyse ou thérapie brève ?

R: Psychanalyse rime souvent avec traitement intensif et interminable… Parfois décrite comme la Rolls Royce des psychothérapies, elle permet de mieux se connaître et d’obtenir des changements profonds dans ce que nous vivons, et pourtant, contre toute croyance, la plupart des psychanalystes ne consacrent que peu de temps à cet exercice noble, car c’est un engagement coûteux en temps et en argent, si bien que trop peu de personnes ont la chance d’en faire l’expérience, hormis les psychanalystes eux-mêmes pour qui le passage par une ou plusieurs psychanalyses personnelles est nécessaire à leur formation.

La psychanalyse reste toutefois pour les psychothérapeutes un instrument de pensée privilégié pour aborder les secrets de l’âme humaine. L’expérience du psychanalyste permet également de mobiliser des vécus profonds dans le cadre d’un travail psychothérapique une psychothérapie. Ainsi quelques consultations thérapeutiques, une thérapie brève conduites par un psychanalyste peuvent se révéler d’une très grande utilité, avec de surcroît ce grand avantage que les interventions du psychologue contribuent à mobiliser une dynamique personnelle et une conscience de soi dont les effets se font souvent ressentir longtemps après avoir consulté, même si cela s’avère généralement insuffisant à changer les problèmes de fond à l’origine de tensions intérieures persistantes.

Le psychanalyste ne s’adresse pas tant à ce qui ne fonctionne pas et qui provoque un symptôme qu’au rapport que l’on a avec soi-même, la conscience des conflits en soi à l’origine d’une souffrance psychique, avec cette mise en perspective de son histoire personnelle. Cette approche originale permet un puissant effet de levier et contribue à apaiser les turbulences internes. Ainsi l’exploration d’une situation douloureuse n’a pas pour seul effet de diminuer la souffrance qui lui est associée, mais elle favorise le développement d’une conscience et d’aptitudes à se sentir plus entièrement soi-même,  plus libre. La mission du psychanalyste, quelques soient les moyens mis en œuvre, analyse ou thérapie brève, vise avant tout à nous libérer des contraintes internes qui polluent, alourdissent et noircissent notre quotidien, dans le rapport à soi autant que dans les relations que nous avons avec les autres.

Par conséquent, même un travail à court ou moyen terme conduit par un bon psychanalyste offre un regard nouveau sur son histoire personnelle, et si elle ne comporte pas les vertus magiques de la guérison, elle soutient fiablement dans la vie quotidienne la capacité et le courage de se sentir au plus près de soi-même, dans l’espoir jour après jour de trouver quelques réponses et davantage de satisfactions face aux misères de la vie quotidienne. Ces misères paraissent alors moins dramatiques, moins désespérantes qu’elles pouvaient en donner l’impression avant de consulter son psy.

A lire sur le même sujet : Thérapies cognitivo-comportementales ou psychanalyse ?

Psychologue à Genève, je suis psychanalyste et psychologue spécialiste en psychothérapie FSP. Vous pouvez me solliciter pour entamer une psychanalyse ou me consulter pour une thérapie brève. Cette dernière sera nécessairement influencée par mon expérience de psychanalyste.

Psychologue et foi religieuse, quel psy choisir ?

Q : Je suis pratiquante et je voudrais rencontrer un psychologue qui partage ma foi religieuse, mais une amie m’a dit que cela n’était pas nécessaire. Qu’en pensez-vous ?

Psychanalyste à l’écoute

Q: Qu’est-ce qu’un psy, et un psychanalyste en particulier, peut m’apprendre de plus que ce que je connais déjà de moi-même ?

Psy silencieux… ou pas ?

Q: J’ai souvent entendu que certains psy parlent très peu durant les séances et j’ai peur que cela me bloque au lieu de m’aider…

Tous droits réservés © 2021 Hervé Bridy