Skip to main content

Psychanalyste à l’écoute

Q: Qu’est-ce qu’un psy, et un psychanalyste en particulier, peut m’apprendre de plus que ce que je connais déjà de moi-même ?

R: Le psychanalyste est à l’écoute de ce que par définition on a tendance à ne pas remarquer chez soi-même, parce que cela se trouve enfoui dans des couches qui ne sont pas ou que très peu conscientes. Par son écoute attentive, en relevant des détails qui paraissent généralement anodins, le psychologue met le doigt sur des zones très sensibles qui sont à l’origine des turbulences pour lesquelles on sollicite son aide. Il peut alors mettre en évidence des contradictions en soi, pointer un lien entre une expérience vécue dans l’enfance et une situation présente. Le psychanalyste proposera par exemple de réfléchir ensemble (car ce ne sont que des hypothèses qu’il s’agira d’explorer, pour les confirmer ou les infirmer) au lien entre un événement douloureux et mal dépassé de l’enfance et un problème actuel qui peut apparaître au travail, ou dans son couple, ou avec ses propres enfants. Enfin il s’agira dans la suite du travail en psychothérapie de débloquer ces nœuds, quand ils sont la source de réactions inadaptées dans la vie actuelle, de symptômes, ou simplement d’une souffrance quotidienne.

A lire également : Psy silcencieux… ou pas ?

Psychologue et foi religieuse, quel psy choisir ?

Q : Je suis pratiquante et je voudrais rencontrer un psychologue qui partage ma foi religieuse, mais une amie m’a dit que cela n’était pas nécessaire. Qu’en pensez-vous ?

Confinement et expérience des consultations en ligne

Q : Les consultations en ligne ont-elles la même valeur qu’au cabinet du psychothérapeute ?

Durée d’une psychothérapie

Q: Quelle est la durée moyenne d’une psychothérapie ?

Psy silencieux… ou pas ?

Q: J’ai souvent entendu que certains psy parlent très peu durant les séances et j’ai peur que cela me bloque au lieu de m’aider…

Consultations psychologiques pour adolescents

Q: Nous cherchons un soutien psychologique pour notre fils, mais il n’est pas disposé à consulter. Devons-nous le forcer ?