Skip to main content

Cabinet de psychologie ou un bon livre ?

Q:  A quoi bon consulter un psy alors qu’il existe tant de lectures consacrées au développement personnel en librairie ?

R: Vous y trouverez sans doute à boire et à manger ! Mais en aucun cas l’écoute particulière qui n’est possible que lorsque l’on peut parler de soi en s’adressant à quelqu’un d’autre, qui est à la fois semblable et différent. Nous avons en commun cette disposition probablement innée qui consiste à chercher auprès des autres non seulement de la solidarité, du réconfort, mais aussi une écoute particulière qui peut nous aider à percevoir qui nous sommes vraiment. Qui n’a jamais fait l’expérience du soulagement de se sentir compris dans une situation qui a mal tourné, où l’estime de soi en a pris pour son grade, provoquant honte et culpabilité ? Une oreille attentive, qui ne juge pas, capable d’accueillir avec le mot juste ce qui nous apparaît tellement détestable en soi-même, provoque un tel apaisement que cela peut libérer des mailles d’une situation dans laquelle on a pu se trouver si empêtré… Or il s’agit parfois d’un sentiment qui dure depuis trop d’années, comme un vécu d’impasse, de répétitions malheureuses, provoquant découragement et parfois haine de soi. Quand les bons mots d’un ami ou d’un parent paraissent ne plus suffire, le spécialiste est alors une voie de choix pour s’approcher de l’essentiel en soi.

Thérapies cognitivo-comportementales ou psychanalyse ?

Q: Quelle est la différence entre les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) et les psychothérapies inspirées de la psychanalyse.

Psychanalyse ou thérapie brève ?

Q : Je suis intéressé par la psychanalyse mais je ne souhaite pas passer des années sur un divan, qui dois-je choisir de consulter ?

Cabinet de psychologie ou un bon livre ?

R: Vous y trouverez sans doute à boire et à manger ! Mais en aucun cas l’écoute particulière qui n’est possible que lorsque l’on peut parler de soi en s’adressant à quelqu’un d’autre, qui est à la fois semblable et différent. Nous avons en commun cette disposition probablement innée qui consiste à chercher auprès des autres non seulement de la solidarité, du réconfort, mais aussi une écoute particulière qui peut nous aider à percevoir qui nous sommes vraiment. Qui n’a jamais fait l’expérience du soulagement de se sentir compris dans une situation qui a mal tourné, où l’estime de soi en a pris pour son grade, provoquant honte et culpabilité ? Une oreille attentive, qui ne juge pas, capable d’accueillir avec le mot juste ce qui nous apparaît tellement détestable en soi-même, provoque un tel apaisement que cela peut libérer des mailles d’une situation dans laquelle on a pu se trouver si empêtré… Or il s’agit parfois d’un sentiment qui dure depuis trop d’années, comme un vécu d’impasse, de répétitions malheureuses, provoquant découragement et parfois haine de soi. Quand les bons mots d’un ami ou d’un parent paraissent ne plus suffire, le spécialiste est alors une voie de choix pour s’approcher de l’essentiel en soi.

Est-il normal d’avoir des pensées folles ?

Q : Ne faut-il pas être un peu fou pour consulter un psy ?

Psy silencieux… ou pas ?

Q: J’ai souvent entendu que certains psy parlent très peu durant les séances et j’ai peur que cela me bloque au lieu de m’aider…