Skip to main content

Psy d’ados face au suicide

Q : Depuis quelque temps, notre fille a tendance à s’enfermer dans sa chambre. Elle a exprimé à plusieurs reprises qu’elle en a assez de tout, et qu’elle pense que ce serait mieux pour tout le monde qu’elle ne soit plus là. Nous sommes très inquiets, et aimerions savoir quelle attitude adopter.

R : Il est en effet difficile pour les parents de faire la part entre les communications de leur enfant qui ont une valeur de provocation et le risque réel qu’il puisse avoir un comportement suicidaire. Il est utile de se rappeler que dans la population générale, une personne sur trois pense à un moment donné dans sa vie qu’elle voudrait mourir, mais heureusement cela ne suffit pas à motiver un geste suicidaire.

Il n’en demeure pas moins que votre fille exprime une souffrance psychique qu’il importe de prendre au sérieux. Il est essentiel de chercher un dialogue avec elle, en acceptant qu’elle ne dévoilera sans doute pas toutes ses pensées, mais vous pourrez à ce moment l’encourager à rencontrer un professionnel qui puisse l’aider à voir plus clair en elle-même et parler de ses difficultés sans craindre d’être jugée.

Un psy spécialiste des adolescents est compétent pour estimer le risque d’un passage à l’acte lors des premiers entretiens d’évaluation. Dans la grande majorité des cas, la relation de confiance qu’il peut établir avec un adolescent suffit à éloigner le danger suicidaire. Le jeune éprouve un grand soulagement à pouvoir discuter des conflits profonds et souvent inconscients à l’origine de ses sentiments de désespoir. La perspective d’entretiens psychothérapiques est gage d’espoir et d’oxygène, elle permet de mobiliser des compétences pour faire face aux difficultés face auxquelles l’adolescent et ses parents pouvaient jusque-là se sentir comme pris dans une impasse.

Échec scolaire

Q: Notre fils âgé de 15 ans est en échec scolaire. Il refuse toute aide. Que pouvons nous faire ?

Durée d’une psychothérapie

Q: Quelle est la durée moyenne d’une psychothérapie ?

Je souffre des tensions sociales liées à la radicalisation face au COVID.

Q : Depuis le début de la pandémie du COVID, j’ai de plus en plus de conflits et de tensions avec mes amis, et même au sein de ma famille, ce qui provoque chez moi une anxiété croissante, ainsi que des problèmes de sommeil. Je n’ai jamais consulté de psy, je ne pense pas avoir de problème psychologique particulier. Est-il utile que je vous rencontre ?

Adolescence et sexualités : qu’est-ce qui est normal ?

Q : Nous sommes inquiets car notre ado de 15 ans semble influencée par les courants actuels renversant ce qui nous semble relever de la nature et de la normalité dans la sexualité.

Psy d’ados face au suicide

R : Il est en effet difficile pour les parents de faire la part entre les communications de leur enfant qui ont une valeur de provocation et le risque réel qu’il puisse avoir un comportement suicidaire. Il est utile de se rappeler que dans la population générale, une personne sur trois pense à un moment donné dans sa vie qu’elle voudrait mourir, mais heureusement cela ne suffit pas à motiver un geste suicidaire.

Il n’en demeure pas moins que votre fille exprime une souffrance psychique qu’il importe de prendre au sérieux. Il est essentiel de chercher un dialogue avec elle, en acceptant qu’elle ne dévoilera sans doute pas toutes ses pensées, mais vous pourrez à ce moment l’encourager à rencontrer un professionnel qui puisse l’aider à voir plus clair en elle-même et parler de ses difficultés sans craindre d’être jugée.

Un psy spécialiste des adolescents est compétent pour estimer le risque d’un passage à l’acte lors des premiers entretiens d’évaluation. Dans la grande majorité des cas, la relation de confiance qu’il peut établir avec un adolescent suffit à éloigner le danger suicidaire. Le jeune éprouve un grand soulagement à pouvoir discuter des conflits profonds et souvent inconscients à l’origine de ses sentiments de désespoir. La perspective d’entretiens psychothérapiques est gage d’espoir et d’oxygène, elle permet de mobiliser des compétences pour faire face aux difficultés face auxquelles l’adolescent et ses parents pouvaient jusque-là se sentir comme pris dans une impasse.