Skip to main content

Cabinet de psychothérapie privé ou service public ?

Q: Qu’est-ce qui change selon que je me dirige vers un cabinet de psychothérapie indépendant ou un centre de soins psychologiques du domaine public ?

R: Dans le secteur public l’on a affaire à une équipe pluridisciplinaire, généralement conduite selon les standards médicaux puisque ce sont des médecins psychiatre qui en assurent généralement la direction. Les méthodes d’approche varient en fonction de la culture de la santé dans chaque canton. A Genève, les services publics offrent des soins très variés, avec des spécialistes de différents courants, psychanalytique, systémique, cognitivo-comportemental, une ouverture sur les nouvelles approches puisque ce sont également des centres de recherche.

Dans un service de l’État, l’inconnue réside dans le choix de la personne qui vous prendra en charge, car contrairement à une démarche dans le secteur privé, vous ne choisirez pas votre thérapeute. Le niveau d’expérience moyen est en moyenne moins élevé qu’en cabinet privé, puisque nombre de praticiens iront s’installer en privé lorsque leur niveau d’expertise leur en donnera l’occasion. Toutefois on rencontre aussi d’excellents professionnels qui font carrière dans les services publics ! Enfin, un jeune thérapeute peu expérimenté est toujours supervisé par des collègues plus avancés.

D’année en année, les services publics souffrent cependant de restrictions budgétaires et il est fréquent que les patients soient assez rapidement dirigés vers les collègues qui travaillent en privé. Autre écueil des institutions de psychiatrie étatiques : les fréquents tournus parmi les membres du personnel, puisque les jeunes psychologues ou médecins psychiatres en formation et poursuivent leur carrière dans d’autres services. Pour un suivi de plus longue haleine, un psychothérapeute indépendant donne la possibilité d’un suivi au cours des années, une référence appréciable lorsque l’on a confié et partagé des vécus importants de sa vie avec un professionnel…

En privé, c’est la question des remboursements par les assurances maladie qui pose des questions, cela varie selon le thérapeute et les couvertures d’assurance. Ainsi nombre de personnes choisissent de financer une part, parfois la totalité de leur traitement psychologique, afin de garder une plus grande liberté de mouvement dans cette entreprise de soins et de développement personnel. Sachant que les assurances maladie sont devenues plus restrictives sur la question du remboursement, cette position est d’autant plus pertinente.

Remboursement des séances chez un psychologue

Q : Comment pourrais-je me faire rembourser les séances de psychothérapie chez un psychologue ?

La crise sanitaire de la COVID-19 augmente-t-elle le risque de troubles psychologiques ?

Q : Depuis le début de la pandémie du coronavirus, j’ai l’impression que quelque chose en moi est en train de lâcher, je suis souvent au bord des larmes, j’ai de la peine à me concentrer dans mon travail. Je n’avais pas connu ce genre de problème dans le passé. Dois-je consulter ou attendre que cela passe tout seul ?

Coach ou psychothérapeute ?

Q : Face à des problèmes récurrents dans ma vie privée et professionnelle, est-il plus judicieux de prendre contact avec un coach ou un psychothérapeute ?

Psychothérapie : recette miracle ou cheminement ?

Q : J’aimerais pouvoir trouver très rapidement une solution à mes problèmes personnels sans avoir à m’engager dans un travail psychologique qui prenne du temps.

Thérapies cognitivo-comportementales ou psychanalyse ?

Q: Quelle est la différence entre les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) et les psychothérapies inspirées de la psychanalyse.